La mouture sur meule de pierre

Nos farines sont moulues grâce à un moulin utilisant des meules de granite du Sidobre, fabriqué par Gilles MAILHE, fidèle à la fabrication typique des frères ASTRIÉ.

Ici on voit bien sur la droite, en dessous de la trémie triangulaire, la partie basse en granite, de forme carrée. Au-dessus, à l’intérieur de la partie blanche, se trouve la meule ronde, mobile, tenue en suspension selon un procédé inventé par les frères ASTRIé, et percée en son centre pour que le grain soit introduit entre les deux meules.
Elle tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Attention : ça va moudre !

Le grain tombe entre les meules par l’orifice au centre de la meule du dessus qui est concave. Au fur et à mesure que le grain est râpé, les particules vont vers l’extérieur de la meule, emportées par la force centrifuge.

Quand elles arrivent en périphérie, elles tombent dans l’entrée de la bluterie, au niveau du tamis.
Et quand il n’y a plus de grain, le moulin s’arrête tout seul !

L’intérêt de la meule de pierre est que les grains sont râpés, arasés petit à petit, si bien que les différentes particules sont bien mélangées. Ainsi, les protéines restent avec l’amidon et permettent une meilleure digestibilité. Cette mouture permet de récupérer les protéines situées dans le germe mais aussi dans l’assise protéique de l’enveloppe du blé.

Une mouture et plusieurs tamis

La mouture est toujours faite de manière identique par les meules de pierre. C’est la section du tamis qui fait la différence entre les farines :

  • complète : tamis 600 microns, équivalent T110-130
  • bise = demi-complète : tamis 300 microns, équivalent T80
  • blanche : tamis 243 microns, équivalent T65.

La nouvelle meunerie

Depuis mars 2018, nous avons aménagé une meunerie pour assurer la transformation d’une partie croissante de la production.
Le moulin “haut” est alimenté en continu par un container placé au-dessus de la meunerie. Une vis sans fin placée au fond de la bluterie achemine la farine dans des sacs placés dans le prolongement du moulin.

 

Le moulin "bas"

Nous avons bien sûr gardé notre premier moulin qui est toujours alimenté à la main ce qui rend facile le changement de graines. C’est pourquoi ce moulin assure la mouture des autres céréales que le blé mélange standard : les variétés anciennes, le petit épeautre, le seigle, le sarrasin, les pois chiches, les lentilles, le maïs.

Remplissage automatique des sacs de 25kg

La vis sans fin de la bluterie se prolonge à l’extérieur du moulin pour remplir les sacs de 25kg. L’arrêt du moulin est autmatique quand les sacs sont pleins. Il suffit alors d’ajuster le poids des sacs à 25 kg et de les coudre pour les fermer.

Conditionnement

A côté de la pièce des moulins, celle dédiée au conditionnement, des farines, mais aussi des graines et des huiles, et donc à la préparation des commandes avant livraison.

Ensachage des petits conditionnements

La pièce à côté des moulins nous permet de conditionner les farines : pas d’ensacheuse ; c’est à la main que les sachets sont remplis de farine, fermés à la couseuse, et étiquetés.

Etiquetage

Les étiquettes ont été conçues par ATAL DESIGN, notre graphiste parisotaine ; elles indiquent les données nutritionnelles conformément à la législation en vigueur. La date de mouture est indiquée sous la paquet pour les farines afin d’informer au plus juste les consommateurs.