Mi Septembre 2020, le tournesol oléique, qui nous sert à faire de l’huile pour la cuisson, a été récolté. Aujourd’hui, 3 semaines après, le moment est venu de s’occuper du tournesol linoléique : il nous permettra de fabriquer l’huile utilisée uniquement pour l’assaisonnement.

Pourquoi un tel décalage entre les deux dates de récolte pour une même culture ?

  • Les variétés avaient des précocités différentes : c’est une question de génétique ! Certaines variétés se développent plus vite que d’autres et mûrissent donc plus rapidement.
  • Les graines du tournesol linoléique n’étaient pas assez sèches pour pouvoir être récoltées. Mais grâce au soleil et au vent d’Autan, ces dernières ont pu sécher, ce qui est primordial pour une bonne conservation. 

Conservation

Comme nous faisons l’huile au fur et à mesure que nous la vendons, il est nécessaire d’avoir des graines de bonne qualité tout au long de l’année : c’est pour cela que leur conservation est si importante. En effet, un taux d’humidité trop élevé fait que la graine se réchauffe et macère, donnant un mauvais goût à l’huile. 

Triage

Pourquoi ?

Lorsqu’elles sont moissonnées, les graines sont mélangées avec des impuretés : des restes de la tête de tournesol qui les portait (le capitule), des graines d’autres plantes qui étaient dans le champ et diverses poussières. Les substances provenant des impuretés pourraient altérer le goût de l’huile.
Donc, les graines doivent être triées : seules les graines de tournesol seront ensuite utilisées pour faire notre huile et obtenir la meilleure qualité gustative possible. 

Comment ?

La remorque pleine de graines non triées arrive sur la zone de tri et déverse son contenu dans une fosse à céréales. Les graines passent ensuite dans un élévateur qui les amène jusqu’au séparateur.
Le séparateur est une machine dans laquelle ces graines vont passer, et être séparées selon leur taille grâce aux vibrations.
Alors, les déchets sont évacués : ils représentent 20% (valeur de 2020 ça dépend des années) de ce qui a été récolté. 

Les graines propres sont ensuite stockées dans une cellule, un grand tube de métal qui est capable de contenir plusieurs tonnes de graines. Les années où les graines sont encore légèrement humides, un ventilateur est utilisé pour les sécher, et assurer ainsi une parfaite conservation jusqu’à leur utilisation pour produire l’huile.

0